Retrouvez tous les articles naturopathie, aromathérapie et phytothérapie ICI

Accéder à la nouvelle version de NATUREMANIA.COM

A LIRE AUSSI : Le niaouli : augmentez vos défenses pour l’hiver !l 5 huiles essentielles qui doivent être dans votre trousse à pharmacie !l Le bain hyperthermique de Salmanoff : stimuler l’immunité au naturel l Les plantes adaptogènes anti-fatigue, antistress et anti-âge l Comment pratiquer le massage sensuel ?

*** En référence au livre : "Mon guide naurel anti-stress." l Voir ici



L'aromathérapie du bien-être 5

Des composés puissants ŕ manier avec précaution ;
HUILES ESSENTIELLES ET EQUILIBRE NEURO-HORMONAL

Les produits numériques indispensables :
"Mon guide naurel anti-stress." l Voir ici



Les plantes aromatiques et leurs huiles essentielles sont surtout connues et utilisées pour leurs propriétés antiseptiques, balsamiques, digestives et parfumantes. Elles possèdent bien d'autres vertus parmi lesquelles celle d'aider à réguler le système nerveux et hormonal. Rappelons tout d'abord que les huiles essentielles sont des composés volatils et odoriférants extraits par distillation à la vapeur d'eau de diverses parties des plantes dites "aromatiques". Leur volatilité, leur faible poids moléculaire permet une diffusion et une propagation rapide à l'ensemble de l'organisme. Elles pénètrent par diverses voies (aérienne, orale, épidermique, vaginale, rectale...). Les deux dernières voies sont réservées à l'usage médical.

Accéder à la nouvelle version de NATUREMANIA.COM

Comment agissent les huiles essentielles

Les odeurs, agréables ou désagréables, agissent au plus profond de nos subtils mécanismes régulateurs nerveux et hormonaux, de plusieurs manières et à plusieurs niveaux en même temps. Leur action générale résulte des modifications du terrain qu'elles produisent, illustré par les mesures bioélectroniques du milieu intérieur (sang, salive, urines) illustrées par les travaux de Louis-Claude Vincent (les terpènes des conifères de type a-pinènes abaissent le rH2 sanguin, ou coefficient d'oxydo-réduction). Or nous savons que la plupart des maladies de civilisation correspondent à une dégradation du terrain organique qui s'oxyde (augmentation du rH2), s'alcalinise (augmentation du pH) et s'encrasse (baisse de la résistivité). Leur action directe sur certains organes et glandes est la plus connue. Cette action s'explique par leur ressemblance avec des molécules organiques (hormones, médiateurs chimiques). C'est l'action hormon-like des huiles essentielles qui nous intéresse aujourd'hui.

Leur action énergétique s'explique par les charges électriques portées par les molécules aromatiques. Les molécules négativantes (éthers, esters), qui apportent des électrons, sont anti-spasmodiques, calmantes, relaxantes et anti-inflammatoires. Les molécules positivantes (alcools, phénols) captent des électrons ou ajoutent des protons, tonifiant l'organisme et renforçant son niveau d'énergie. Certaines stimulent le système nerveux sympathique : basilic européen (feuilles de laitue), bois de rose, citron zeste, copaïba, épinette noire, pin sylvestre, sarriette... (action tonique stimulante) D'autres calment le système nerveux sympathique : angélique archangélique, basilic tropical, lavande vraie, lavande aspic, mandarine, mélisse, verveine citronnelle, ylang-ylang. Le tonus parasympathique est freiné par le cyprès, l'estragon... L'action informationnelle des huiles essentielles s'effectue via le nerf olfactif au niveau du cerveau limbique, lequel contrôle l'ensemble de nos réactions végétatives en les accélérant ou en les ralentissant (sensation de bien-être ou de malaise liée à l'image olfactive, stress, stimulation ou inhibition de la libido).

La molécule aromatique : une énergie vibratoire

"Les molécules aromatiques sont très légères, volatiles, ce qui leur permet d'entrer aisément en contact avec les cellules sensitives du nez lors de l'inspiration. Ces molécules transmettent un message chimique et vibratoire qui est véhiculé directement au cerveau par des fibres nerveuses spécialisées sous forme d'ondes électriques variables suivant le message reçu. Notre mémoire sensorielle joue instantanément, se relie au souvenir lié à cette odeur enregistrée, compare et donne la réponse : bon ou mauvais. Si un évènement ou un climat agréable est relié à ce message olfactif, une odeur neutre ou désagréable pourra procurer un sentiment de plaisir comme par exemple l'odeur de fumée qui rappelle le feu de cheminée de la maison d'enfance, ou l'odeur de moisi qui rappelle le premier jour des vacances dans la maison du bord de mer". Extrait de "Les huiles essentielles pour votre santé", Ed. Dangles.

Accéder à la nouvelle version de NATUREMANIA.COM

Les plantes aromatiques hormon-like

Les plantes reconnues pour leur effet hormonal sont relativement peu nombreuses. Leur effet est moins marqué que celui des molécules de synthèse mais attention, car un usage au long cours peut présenter des inconvénients, par accumulation. Les huiles essentielles cortison-like : pin sylvestre (Pinus sylvestris) et épinette noire (Picea mariana) seront utilisées en massage de la zone surrénale (2 à 5 gouttes diluées dans de l'huile végétale) après chauffage de certains points d'acupuncture à l'aide de moxas (cigares à base d'armoise chinoise). Le cassis (Ribes nigrum : macérat glycériné de bourgeons 1D) est quant à lui utilisé par voie interne à raison de 100 gouttes par jour. Les plantes aromatiques cortison-like sont utiles, voire indispensables dans les cas de baisse d'énergie, fatigue passagère ou chronique, dépressions mineures, baisse de la résistance organique, infections à répétition. Ne pas oublier de rectifier le régime alimentaire en cas d'intolérance, en particulier aux protéines de lait et au gluten et d'éliminer un champ perturbateur ou une lésion ostéopathique.

Les plantes aromatiques à phyto-œstrogènes

L'action œstrogen-like est due à des molécules telles que le sclaréol de la sauge sclarée (Salvia sclarea), de trans-anéthol du fenouil doux (Fœniculum vulgare), le a-humulène du houblon (Humulus lupulus), le viridiflorol du niaouli (Melaleuca quinquinervia viridiflora). Autres plantes à phyto-œstrogènes : anis vert (Pimpinella anisatum), carvi (Carum carvi), cumin (Cuminum cyminum), cyprès (Cupressus sempervirens)... Plantes non aromatiques à phyto-œstrogènes : avoine (Avena sativa), cimicifuga (Actea racemosa), luzerne (Medicago sativa), persil (Petroselinum sativum), saule blanc (Salix alba), soja (Glycine soja)...

Les plantes à action progesteron-like

Les plantes aromatiques comprennent : marjolaine, mélisse, romarin, serpolet, thym, verveine. Les plantes non aromatiques : alchémille, bourrache (huile grasse), buglosse, consoude, gattilier, onagre (huile), yam (pro-progestérone). L'action hormon-like spécifique pour l'homme : cabreuva (Myrocarpus fastigiatus), gingembre (Zingiber officinalis), sarriette (Sutureja montana)... Les plantes non aromatiques de l'homme sont : courge (Cucurbita pepo : graines, huile de graine), pollen, prunier d'Afrique (Pygeum africanum : écorce de la tige), palmier de Floride (Sabal serrulata : baies), ortie dioïque (Urtica dioïca)... Les autres huiles essentielles hormon-like : elles font actuellement l'objet d'études complémentaires quant à leurs effets : cajeput, cumin (calmant de la thyroïde), matricaire, myrte commun (à cinéol), vergerette du Canada et de Naudin (retard de croissance), verveine citronnée (thyroïde, pancréas)...

Les plantes dites "adaptogènes", c'est-à-dire celles qui nous permettent de nous adapter et de mieux résister au stress, comprennent des plantes aromatiques hormon-like remarquables telles que la mélisse (Melissa off.), et les plantes traditionnelles telles que le ginseng (Panax ginseng), l'éleuthérocoque (Eleutherococcus senticosus), le ginseng amazonien (Pfaffia paniculata), le schisandra, le shitaké, parmi tant d'autres.

Recommandations :

Dans tous les cas où un effet thérapeutique est recherché, vous devez impérativement effectuer auparavant un bilan médical complet afin de dépister d'éventuelles contre-indications et de déterminer les synergies utiles.

Pour un bon usage des huiles essentielles :

La puissance d'action des huiles essentielles, leur concentration en principes actifs nécessitent ce bref rappel des principes d'utilisation :
- Jamais d'huile essentielle dans les yeux ni dans les oreilles. En cas de projection involontaire dans les yeux, nettoyer plusieurs fois avec un coton imbibé d 'huile de cuisine.
- Respecter les doses conseillées. Plus que pour tout autre produit naturel, la notion de dose revêt, pour ce qui concerne les aromates et les huiles essentielles, une importance capitale.
- Voie interne : pas plus d'une goutte d'huile essentielle par tranche de 10 kg corporel, soit 7 gouttes pour un adulte de 70 kg.
- Voie externe : en onctions 5 à 20 gouttes en onctions diluées à 10 ou 20 % dans de l'huile de noisettes.
- Pas de massage à base d'huiles essentielles pures de cannelle, girofle, origan, sarriette, thym.
- Bains : 20 à 30 gouttes par bain, diluées dans une base naturelle non moussante.
- S'abstenir de tout auto-traitement pour des affections sérieuses.
- Pas d'utilisation sans les conseils de votre praticien et si vous êtes allergique.
- Bien choisir le moyen d'absorption en fonction des besoins. La voie externe est toujours préférable en massage ou aérosols et la voie interne à faible dose pour les huiles essentielles piquantes telles que le thym, la sarriette et l'origan toujours diluées dans un dispersant naturel ou une huile végétale.
- Attention l'été aux huiles essentielles photo-sensibilisantes. Certaines molécules contenues dans les huiles essentielles augmentent la sensibilisation de la peau à la lumière solaire, entraînant un brunissement plus rapide. Ces molécules, appelées furocoumarines, se trouvent dans l'huile essentielle de bergamote, citron et autres agrumes. Les plantes aromatiques et leurs huiles essentielles sont particulièrement appréciées dans les soins anti-âge, associées à une nutrition équilibrée et anti-oxydante et à de l'exercice physique modéré mais régulier.

La touche nasale aromatique

Une autre façon d'agir rapidement et efficacement sur les déséquilibres du système neuro-hormonal consiste à masser à l'aide de tiges métalliques à bout arrondi ou de coton-tiges, la partie interne du nez avec ou sans huile essentielle diluée (choisir des huiles douces, non agressives, sans phénols). Ce traitement, appelé également "nasothérapie "et "sympathicothérapie endo-nasale", parfaitement indolore et tout au plus peu agréable, n'a aucun effet secondaire négatif (prudence chez les allergiques) et s'intègre parfaitement à tout traitement naturel, associant les effets de la réflexothérapie et de l'aromathérapie. La nasothérapie est pratiquée par de nombreux praticiens aromathérapeutes, ostéopathes, homéopathes et acupuncteurs. L'auto-massage est possible à l'aide d'un simple coton-tige imbibé d'huile aromatique. Attention : les huiles essentielles utilisées dans ce procédé doivent être diluées à 1 ou 2 % maximum dans de l'huile végétale de pression à froid (pépins de raisins, framboise, cassis, onagre, bourrache, Rosa rubiginosa...).

Accéder à la nouvelle version de NATUREMANIA.COM

A LIRE AUSSI : Le niaouli : augmentez vos défenses pour l’hiver !l 5 huiles essentielles qui doivent être dans votre trousse à pharmacie !l Le bain hyperthermique de Salmanoff : stimuler l’immunité au naturel l Les plantes adaptogènes anti-fatigue, antistress et anti-âge l Comment pratiquer le massage sensuel ?

*** En référence au livre : "Mon guide naurel anti-stress." l Voir ici




Accueil
Naturothérapie
Aromathérapie
Phytothérapie
Ecologie
Développement
durable
Ostéopathie
Mal de dos
Programmes
anti-stress
anti-âge
Librairie
numérique